Warning: Declaration of AVH_Walker_Category_Checklist::walk($elements, $max_depth) should be compatible with Walker::walk($elements, $max_depth, ...$args) in /home/clients/6143119e8e582e3322c7731b55ec1bcd/web/wp-content/plugins/extended-categories-widget/4.2/class/avh-ec.widgets.php on line 136

Warning: Declaration of AVH_Walker_CategoryDropdown::walk($elements, $max_depth) should be compatible with Walker::walk($elements, $max_depth, ...$args) in /home/clients/6143119e8e582e3322c7731b55ec1bcd/web/wp-content/plugins/extended-categories-widget/4.2/class/avh-ec.core.php on line 950
Coup de gueule | groupement des cadres de l'administration genevoise
Ajouter aux favoris!

Coup de gueule

PREAMBULE : Que cela soit clair avant la lecture de ce coup de gueule : mon « coup de gueule » se veut objectif, preuves à l’appui, après plus de trente ans passés dans l’administration cantonale et avoir vécu d’innombrables changements et autres « retours » en arrière après expériences faites.

Un vieux sage aurait dit : « Pour prévoir et préparer l’avenir… il faut connaître le passé ».

De nos jours, il est de bon ton de faire fi de ces « vieux » dictons, très souvent issus du bon sens. En effet, certaines et certains n’ont qu’un seul mot à la bouche : « C’est l’avenir qui m’importe ! Le passé ne m’intéresse pas !! « Comme « ils » veulent ignorer le passé, « ils » pensent avoir trouvé la solution à tous les maux… et vlan… il arrive qu’ils se trompent. Et pourquoi ?? Simplement pour ne pas avoir pris la peine de s’intéresser à ce que d’autres avant eux, ont entrepris.

Le problème est… que cela coûte en énergie, motivation, finances et j’en passe. Il arrive même que, parfois…, les initiateurs ne sont plus là, après coup, pour en répondre.

Je reviens à l’objet de mon « billet ». En ce jour du 20 avril de l’an de grâce 2012, certains des « bénéficiaires » d’une indemnité forfaitaire de déplacement ont reçu un message circulaire les informant que nos 7 « sages », dans le cadre du déploiement du Plan de mobilité de l’administration cantonale (PMAC), ont décidé de remplacer le système d’indemnités personnalisées et de tarifs préférentiels par des mesures favorisant la mobilité douce.

Dont acte.

L’ensemble du personnel en bénéficiant est concerné, des collaborateurs aux cadres dirigeants. Mesure applicable dès le 1er juillet prochain. Non susceptible de recours. Seule dérogation possible : les « cas exceptionnels » qui pourront continuer à toucher une indemnité kilométrique de CHF 0.70 pour une voiture automobile et de CHF 0.40 par kilomètre pour un motocycle.

Dans la foulée, le Conseil d’Etat en a profité pour supprimer tout tarif préférentiel sur les abonnements dans les parkings gérés par la Fondation des parkings.

Les motifs qui expliquent ces mesures sont :
– mobilité favorable à l’environnement et ses impératifs;
– souci du respect de l’équité. (?);
– simplification des déplacements en privilégiant des solutions de mobilité durables et en se substituant à l’usage des véhicules privés.

Quelles propositions de substitution ?

– réductions offertes lors de l’acquisition d’abonnements Unireso
– accès, pour l’ensemble des collaborateurs du petit Etat, au système de covoiturage « green monkeys » géré par le PMAC
– accès à des vélos, à des vélos électriques ainsi qu’aux voitures « Mobility » pour les déplacements professionnels.

Le constat

Si les raisons invoquées par le Conseil d’Etat sont imparables et témoignent d’un réel souci de dépenser moins et plus utilement, il n’en reste pas moins que les conséquences de telles décisions ne sont pas totalement neutres en terme de logistique, de coût pour le collaborateur-trice et enfin d’organisation de service.

Conséquence financière supposée

L’utilisation des TPG obligera, soit la conclusion individuelle d’un abonnement, lequel devra être payé (à prix réduit) par le fonctionnaire, soit l’achat par l’Etat de nombreux « abonnements au porteur » (coût : CHF 1’100.-/an). Peut-être l’Etat bénéficiera-t-il d’un rabais sur la quantité ?

Cette manoeuvre devrait, en principe, se révéler bénéficiaire pour l’Etat en terme financier car, pour tous les « forfaits » au-dessus du niveau 1 ou 2 de l’échelle y relative cela va représenter un gain pour l’employeur.

Conséquence logistique

Il faudra oublier de participer à deux réunions dans la même matinée ou après-midi à des endroits éloignés de plus de deux poignées de minutes à pied.

Il faudra oublier de retourner au bureau en fin de matinée ou d’après-midi si le temps de déplacement coïncide avec les bouchons et encombrements de mi et fin de journée.

Idem pour les réunions de fin de matinée et de début d’après-midi en raison de l’indisponibilité fréquente des quelques véhicules « Mobility » sans parler du PMAC.

Oublier également les séances prises à la volée pour le lendemain ou l’après-midi même si on doit compter sur la disponibilité de « Mobility » ou du PMAC.

La preuve par l’exemple

Au hasard….j’ai pris 5 destinations habituelles, dans le cadre de mes activités, au départ de mon bureau. Trajets comparés entre voiture et TPG sur la base des informations fournies par ces derniers sur leur site :

Départ : Champel (arrêt Place Reverdin).
Destinations :

1) -> Bernex (Sécurité civile ı chemin du stand 4
TPG ~ 50 minutes (2 bus + 1 tram + env. 15 min à pied)
Voiture => max 20′ (parking s/place)
Avantage : voiture

2) -> Stade de Genève
TPG ~ 27 minutes (3 bus)
Voiture 10′ (parking La Praille)
Avantage : voiture

3) -> Centrale 144 (boulevard d’Yvoy 2)
TPG ~ 30 minutes (2 bus + à pied + 1 bus + à pied)
Voiture 10′ (parking David Dufour
Avantage : voiture

4) -> Patinoire des Vernets
TPG ~ 40 minutes (2 bus + à pied)
Voiture = 10′ (parking ouvert des Vernets)
Avantage : voiture

5) -> Pâquis (poste Police)
TPG ~ 25 minutes (2 bus + à pied)
Voiture = 15′ (parking de la Gare).
Avantage : voiture

6) -> Ch. De la Gravière (NHP) – Acacias
TPG = env. 40′ (3 bus + 1 tram + à pied)
Voiture : 10′ (parking s/place)
Avantage : voiture

La conclusion

Prendre des décisions écologiques est une bonne chose. En mesurer les conséquences en termes d’organisation et de logique en est une autre. Cela ne semble pas avoir été fait ou, en l’état, pas communiqué.

Des collègues concernés d’autres départements n’ont, à ce jour (20 avril), reçu encore aucune information à ce sujet.

Reste maintenant à connaître, le nombre de collaboratrices et collaborateurs impactés, les bénéfices escomptés par l’Etat ainsi que le nombre de personnes qui pourront prétendre dès le 1er juillet à la conservation des indemnités kilométriques « exceptionnelles ». Reste également à mesurer le temps d’absence du bureau des personnes appelées à se déplacer selon ce nouveau mode !

Je ne cherche ni la polémique, ni à ce que l’on me qualifie de pro-voiture. Ce sont des faits mesurables en unités « temps ». Sachant ce que vaut une heure de travail en fonction des classes salariales, je vous laisse faire le calcul du temps consacré aux déplacements…et que l’on vienne pas me dire que l’on peut travailler durant le trajet…

Je cherche à comprendre la décision du CE au-delà des raisons invoquées. Est-ce tout simplement financier ? Si c’est le cas, un aller/retour Champel-Stade de Genève (ex. 2 ci-dessus) en bus reviendrait à env. 60.– (en tempsbus) et à 20.– en voiture. Hors coût de l’abonnement ou du billet pour le premier moyen de transport et hors coût kilométrique pour le second. Il est donc à espérer que l’ensemble de l’économie faite au niveau financier contrebalance le coût « temps de déplacement » et l’absence induite sur la place de travail.

Aura-t-on un jour la réponse comparative ? N’hésitez pas à faire part de vos observations et autre exemples ou contre-exemples.

JP

Ecrire un commentaire


Votre commentaire doit être approuvé avant d'être publié. Merci de ne pas le renvoyer.